L’huile de bourgeons de pomme ... Hildegarde de Bingen aux balbutiements de la gemmothérapie

lundi 9 avril 2018
par  Genevieve
popularité : 47%

Si la phytothérapie au sens large est l’une des pratiques de soin les plus anciennes de l’humanité, la gemmothérapie, basée sur l’usage d’extraits de jeunes tissus végétaux en croissance, tels que bourgeons et jeunes pousses, peut être considérée comme la branche la plus récente. Ses balbutiements remonteraient cependant au plus loin, aux environs du Moyen-Âge. En effet, Hildegarde de Bingen au 12e siècle, mentionne déjà dans ses écrits l’intérêt thérapeutique des bourgeons de pomme, de cassis, de bouleau et de tilleul.

Aux côtés des nombreuses utilisations bien connues du règne végétal, plante séchée pour la tisane, huiles essentielles, élixirs floraux, écorce, racines, sève (la cure de sève de bouleau que nombre d’entre nous suivent actuellement…), la gemmothérapie fait en quelque sorte la synthèse de toutes les possibilités qu’offrent les différentes parties d’un végétal adulte.

D’après la théorie développée notamment par le Dr Pol Henry, médecin belge qui a consacré une grande partie de sa vie à la « phytembryothérapie » dans les années 60, les bourgeons possèdent un ensemble de propriétés thérapeutiques supérieures à celles des diverses parties de la plante mature. Le bourgeon étant un embryon, il porterait en lui le potentiel de la plante complète, comme s’il était à la fois les racines, les tiges, les feuilles, les fleurs et les fruits.

Il se trouve effectivement que ces tissus contiennent de fortes concentrations en éléments actifs comme des polyphénols, des flavonoïdes, des stérols, des terpènes mais aussi des oligo-éléments, des vitamines, des minéraux, des hormones etc. Les bourgeons représentent donc un condensé d’énergie et d’antioxydants.

Les bourgeons ne se contentent pas d’offrir davantage d’actifs biochimiques que les tissus matures comme la feuille ou la racine. Ils renferment aussi une énergie vitale (propre aux tissus embryonnaires) très supérieure, et une information (notamment génétique) plus vaste. En effet, il est possible de reconstituer in vitro la plante entière à partir d’une cellule embryonnaire de bourgeon. Le bourgeon porte donc en lui le potentiel capable de manifester la plante dans son entier.

Certains macérats additionnent ainsi les propriétés de parties de la plante adulte, tandis que d’autres bourgeons possèdent des.... ( si le sujet vous intéresse, ou envie de découvrir la suite du billet, merci de me contacter afin d’en savoir davantage... ou d’utiliser le forum de discussion ci-après )


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois